Petit Lexique des termes mycicoles barbares

Parce que le domaine des champignons regorge de termes spécifiques, parfois difficilement compréhensibles aux novices, nous avons formé ici un petit lexique des termes les plus courants:

Mycélium du champignons, constitué d’un réseau de petits filaments blancs. Généralement il désigne ce qui est utilisé comme semences, sur base de grains ou de sciure.

Le sporophore (littéralement « porte-spores »), appelé aussi sporocarpe (« fruit à spores »), appareil sporophytique, appareil fructifère ou corps fructifère, autrefois carpophore (littéralement « porte-fruit »)a, est l'appareil reproducteur des champignons dits supérieurs. C'est, dans le langage populaire et littéraire, l'organe de la « fructification » du champignon (sensu lato) et pas seulement du mycélium des champignons. (Wikipedia)

Peut désigner plusieurs choses. Dans le langage courant, il désigne la fructification du mycélium soit la partie visible souvent composée d’un pied et d’un chapeau (pour le champignons de paris par exemple). Il peut aussi désigner de manière plus générale le règne des Fungis

Lorsqu’un substrat ou un milieu est ensemencé avec du blanc de champignons, chaque petit morceau de mycélium va donner naissance à une nouvelle colonie. Il s’agit du même individu génétique. Chacune de ces colonies va s’étendre et puis lorsqu’elle vont rencontrer, vont à nouveau fusionner pour ne former qu’un seul corps.

Forme de reproduction asexuée, qui pourrait s’apparenter au bouturage pour les plantes. Le mycélium s’étend sur son substrat, et le prélèvement d’un morceau de mycélium permet la reproduction de celui-ci tout en gardant les mêmes caractéristiques génétiques.

Autrement dit le « fruit » du champignons. C’est sa partie reproductrice. Voir « sporophore »

Au même titre que les végétaux et les animaux, les champignons forment un règne à part, celui des fungis. Il comprends des organismes unicellulaires microscopiques comme les levures, des organismes pluricellulaires comme les moisissures et les champignons dits « supérieurs » ou macromycètes comme les pleurotes ou les shiitakés.

Filaments qui constituent le mycélium du champignons. On peut trouver cette structure aussi chez des algues ou des actinobactéries.

Les champigons sont dits « hétérotrophes » car ils puisent leur nourriture, leur matière organique en la prélevant sur d’autres organismes. Les organismes peuvent être vivants (champignons symbiotique ou parasites), ou mort (champignons saprophyte).

Etape où le mycélium colonise le substrat. Cela peut prendre 2-3 semaines pour certains pleurotes à 3 mois pour le shiitakés.

Ensemencement d’un substrat avec du mycélium. Le substrat est généralement pasteurisé, et mélangé avec du « blanc » de champignons une fois refroidi.

synonyme de « inoculation »: Ensemencement d’un substrat avec du mycélium. Le substrat est généralement pasteurisé, et mélangé avec du « blanc » de champignons une fois refroidi.

Symbiose entre au moins un champignon, une algue et une communauté bactérienne. « Le thalle du lichen se développe lentement à la surface de supports variés, y compris dans des milieux souvent hostiles (exposition à la sécheresse, à de fortes températures, etc.). On estime à 6 % la proportion de la surface terrestre recouverte de lichens3,4, dont on connaît environ 20 000 espèces. » (Wikipédia)

Les macromycètes sont les champignons visibles l'oeil nu, en opposition aux micromycètes qui ne sont visibles qu'aux microscopes.

Un microbe est un micro-organisme, c’est à dire qu’il ne peut être observé à l’oeil nu. On comprends dans les microbes : bactéries, champignons, certaines algues, etc. L’immense majorité du monde vivant sur terre est microbien.

C’est l’appareil végétatif du champignon. Souvent peu visible, il est constitué d’un réseau de petits filaments nommé « hyphes ». Il se trouve généralement sous le sol (sous-terrain), ou l’intérieur de son substrat : branches mortes, fruits, etc. « Le mycélium végétatif souterrain donne un mycélium reproducteur généralement aérien, appelé sporophore, chargé de la production et de la maturation des spores issues d'une reproduction sexuée ou asexuée. Ce qu'on appelle couramment champignon n'est en fait que ce sporophore, appareil reproducteur formé par le mycélium fertile. » (Wikipedia)

La myciculture est la culture des champignons. Celui qui s’occupe de cette culture s’appelle le myciculteur, ou le champignonniste.

C’est le résultat de l’association entre une plante et un champignon. Le mycélium de champignon entoure ou pénètre à l’intérieur d’une racine de plante. La surface d’exploration de la plante est multipliée par 10 000 grâce mycorhizes, qui ont par ailleurs un coût énergétique de mise en place 100 fois moindre que celui des racines. La plante va apporter au champignon des sucres produits par la photosynthèse. Et le champignon va apporter à la plante des minéraux, de l’eau, des antibiotiques qui vont renforcer son système immunitaire. Les mycéliums connectent entre eux différents arbres qui peuvent échanger informations et nutriments, et même au sein d’espèces différentes. Le potentiel de l’utilisation des champignons mycorhizien en agriculture, horticulture, foresterie ou même dépollution des sols est donc énorme et relativement sous-estimé jusqu’à présent.

Famille de champignons qui vivent aux détriments d’autres organismes vivants. La relation entre l’hôte et son parasite a un effet négatif sur l’hôte.

La pasteurisation permet par une montée en température d’éliminer une partie des micro-organismes présent dans un milieu. Elle permet d’améliorer la conservation de certains aliments, et pour la culture des champignons, elle permet l’éliminer la plupart des compétiteurs pour donner plus de chances au mycélium choisit. La pasteurisation se fait à des températures généralement comprise entre 62 et 88°, sans pression. Alors que la stérilisation se fait avec une pression, qui permet une montée en température à 121°, et d’éliminer ainsi l’ensemble des micro-organismes présents.

"En forêt, les branches ou les troncs atteints de pourriture fibreuse deviennent friables, blanchâtres. Le bois perd sa résistance mécanique et quand on l'effrite, il se délite en fibres allongées et molles.La pourriture blanche (ou « fibreuse ») est une maladie cryptogamique du bois provoquée par des champignons lignivores qui dégradent la lignine (ligninolyse) puis la cellulose (cellulolyse). Les pourritures blanches représentent près de 90 % des champignons associés au bois mort)." (Wikipédia)

La pourriture brune est aussi appelée pourriture cubique. Elle est causée par des champignons spécialisés dans la dégradation de la cellulose et de l’hémicellulose. Elle détruit la structure du bois. A un stade avancé de la pourriture, le bois perd une grande partie de sa densité brute et de sa résistance à la traction et à la flexion. La lignine restante, plus ou moins modifiée, donne alors au bois décomposé sa couleur brune foncée, car une grande part de la lignine brune subsiste, alors que la cellulose claire est détruite..

Famille de champignons qui décomposent les matières mortes. La plupart des champignons cultivés appartiennent à cette famille : agaric, pleurotes, shiitakés. Ils décomposent essentiellement la lignine, la cellulose, l’hémicellulose.

Nom anglais pour dire le « blanc de champignons » ou le « mycélium d’ensemencement »

Poussière microscopique, qui constituent l’organe de propagation des champignons. Les spores sont produites par la reproduction sexuées des champignons. Un champignon peut produire des milliards de spores. Ils permettent l’identification de certaines variétés. En culture de champignons, il permet le renouvellement ou la création de nouvelles variétés.

Le sporophore (littéralement « porte-spores »), appelé aussi sporocarpe (« fruit à spores »), appareil sporophytique, appareil fructifère ou corps fructifère, autrefois carpophore (littéralement « porte-fruit »)a, est l'appareil reproducteur des champignons dits supérieurs. C'est, dans le langage populaire et littéraire, l'organe de la « fructification » du champignon (sensu lato) et pas seulement du mycélium des champignons. (Wikipedia)

La stérilisation vise à éliminer l’entièreté des micro-organismes présents dans un milieu. Elle s’obtient par une montée en chaleur. La pression permet d’augmenter le point d’ébulition et de monter à plus de 121°, température minimale de stérilisation. La stérilisation est généralement utilisée pour la fabrication du « blanc », semences utilisées pour la production de champignons. La stérilisation se fait dans des autoclaves ou plus simplement à la maison avec des casseroles à pression (cocotte-minute). La durée de stérilisation dépends des substrats, de la taille des bocaux ou des sacs, de l’humidité, etc.

C’est la matière sur laquelle le mycélium va se développer, s’étendre, se nourrir. Les substrats de culture les plus courants sont le compost de fumier pour les champignons de couche (agaric), et la paille ou la sciure de bois pour les champignons lignicoles.

Famille de champignons qui vivent en relations avec des plantes. La symbiose se fait par la formation de mycorhizes au niveau des racines. Cette relation bénéficient aux deux partenaires. Parmis les champignons symbiotiques, on peut compter la truffe, les amanites, bolets, etc. Voir Mycorhize

Les Variétés

Reishi, ganoderme luisant

Hydne Hérisson, Lion’s Mane, Crinière de lions

Shiitakés, Lentin du chêne

Naméko, Pholiota microspora

Pleurotes Jaunes, pleurotes dorées

Eryngiis, Pleurotes du panicaut, Argouane, Berigoule, Girboulot, Faux-cèpe.

Pleurotes blanc, gris, bleu, Pleurotes en forme d’huître, Pearl Oyster

Pleurotes Pulmonaires, italian oyster

Pleurotes roses, Pleurotes saumons

Strophaire à anneau rugueux, Strophaire Vin-Rouge, Cèpe de Paille, Saketsubatake